lundi 9 juin 2014

Les monstres du Labyrinthe


Ayé, j'ai vu les monstres du Labyrinthe...Qui donc?  Mazes and Monsters en VO. L'équivalent de Donjons et Dragons qui existait alors (1982) depuis 10 ans et était mal connu.




Et ça se voit. Ce téléfilm surfe sur la psychose de l'époque autour du jeu de rôle.Il est vaguement inspiré d'un livre lui même vaguement inspiré d'un fait divers de 1979.


L'étudiant américain James Dallas Egbert III disparut pendant un mois, et un détective privé découvrit qu 'il jouait à Donjons et Dragons. Dallas se droguait et subissait une énorme pression de sa mère pour qu'il aie toujours 18 de moyenne aussi, c'est là que résidait le véritable problème.(d’ailleurs il s'est suicidé un an après avoir été retrouvé). Mais trop tard: le détective publia sa thèse première (le jeu de rôle unique responsable) dans le livre Le Maître de Donjon: La disparition de James Dallas Egbert III. Un roman en fut tiré, Mazes and Monsters, lui même adapté en téléfilm.


Robbie (Tom Hanks) est déjà fragile psychologiquement (heureusement qu'on le précise!) à cause de la disparition sans laisser d'adresse de son grand frère. Il trouve un exutoire en jouant aux Monstres du Labyrinthe, (présenté comme "innocent en apparence") comme ses trois camarades (Jay-Jay, Kate et Dany) qui ont aussi leur lot de problèmes familiaux. Les dés 20 sont là mais une certaine méconnaissance du vrai jeu est facile à déceler (non, la classe prêtre n' a pas le pouvoir de voler!).
Leur vient l'idée de jouer en grandeur nature dans des grottes, ce qui leur semble un concept inédit (faux: le GN existe depuis 1977) . Robbie pète les plombs à ce moment sans qu'on sache trop pourquoi , (et voit un dragon en latex)
se prend pour son personnage de prêtre, fugue à New York , poignarde quelqu’un (évidemment), se rend aux deux tours (Comme dans Le Seigneur des anneaux c'est ça?) qui se trouvent être feues les tours jumelles et décide de sauter (pensant s'envoler donc) et est stoppé par ses amis avant que ça se termine en suicide. Remarquez, ils sont pas un bon exemple, ses copains: Jay-Jay a aussi eu un projet de suicide qui l'a pris comme une envie pressante, et renoncé en trente secondes également.

Une mode assez longue de "Les JDR et GN rendent fous" s'est ensuivie. Il en était encore question dans Lizzie Mc Guire avec son meilleur ami qui devient addicté au jeu Le seigneur des nains (oui....) façon nolife devant un MMORPG même si ça existait pas encore.




Ou bien le long métrage de Futurama Prenez garde au Seigneur des robots où le concept de "les jeux rendent fous" est parodié, Bender tombant dans le concept caricatural de ne plus distinguer fiction et réalité sans antécédent psychologique.


Ce concept extrêmement simplifié a atteint l’Europe au milieu des années 90, alors que les JDR y étaient pratiqués depuis les années 80.Trois faits divers se sont suivis de très près (suicides de deux ados rôlistes en France et meurtre d'un homme en Espagne juste parce qu'il ressemblait un à un ennemi dans le jeu de deux rôlistes).Il y a aussi eu des montées en épingles comme les profanateurs du cimetière de Carpentras qui avaient été rôlistes (Mais le vrai problème résidait dans le fait qu'ils étaient néonazis).


Zone interdite et Bas les masques ont pondu chacun un sujet dessus et c'est parti: ça rend fou, c'est une secte, les MJ sont des gourous, etc. Ce fut long à être oublié.

Les monstres du Labyrinthe et sa psychologie de bazar est souvent regardé par les rôlistes aujourd'hui, mais rien que pour rire des incohérences. De toute façon, à la même époque que le téléfilm, Le sourire du dragon est aussi sorti, et je crois qu'on s'en souvient davantage...bien fait.