lundi 9 juin 2014

1 er mai

                                                       (version vidéo)

...Ses manifestations, ses ponts, son ...muguet?

Sigh, sic transit gloria mundi...Nos ancêtres seraient bien perplexes d'apprendre qu'on a finalement fait un équivalent au Labor day sans lien aucun avec autrefois.

Jadis, les celtes avaient un calendrier à deux saisons, une saison froide qui allait de Samhain (31 octobre) à Beltaine ( 30 avril) et une chaude qui allait de la fête de Beltaine à Samhain.






Une fois ces croyances tombées en désuétude le début de mai était quand même encore regardé comme  particulier; on disait que les jolies  fées des fleurs sortaient de leur hibernation ce jour-là, et que le voile entre leur monde et le nôtre se déchirait,  comme à Halloween .



Le mois était observé comme celui des fées par excellence, on l’appela "le joli mois de mai", et le 1er du mois on célébrait aussi le retour de la verdure et des fleurs notamment en élisant une "Belle de mai" (ou reine de mai.)

Aujourd'hui le terme désigne un quartier marseillais, avant c'était une incarnation de la déesse printanière Perséphone et de ses petites-filles spirituelles, Blanche-Neige et la Belle au bois dormant  (dont l'éveil était aussi celui de la nature.)





Une coutume de ne pas se marier ce mois-là commença être observée; on parlait de "Noces de mai, noces mortelles" ou "Les mégères s'épousent en mai.". Pourtant le droit canon ne l'interdit pas et hier comme aujourd'hui un prêtre ne refuserait pas de bénir une union ce mois... Il y a fort à parier que les anciens craignaient un enlèvement par les fées (au moins en esprit) d'une mariée trop belle.

Du coup, une signification a ce tabou  sera donnée ultérieurement en dédiant le mois à la Sainte Vierge. Tiens donc....Toujours le "mois des dames" en quelque sorte.



La veille au soir du 1er, vous n'auriez surpris personne dehors, cette nuit étant appelée nuit de Sainte Walpurgis, l' un des plus importants sabbats de l'année. On aurait craint entre autres les sorcières  et  la chasse sauvage, rentrant pour laisser place aux fées du printemps.  Dans certains pays d'Europe, les enfants se déguisent en sorcières et font des farces (comme à Halloween! Tiens donc...on dirait une version inversée ). Aujourd'hui encore c' est une date importante pour les pratiquants de la sorcellerie.

Quant aux histoires de verdure et de fleurs, elles ont conduit à  ériger des arbres de mai ou à user du langage des fleurs pour déclarer sa flamme.



Une jeune fille charmante trouvait ainsi une branche de charme laissée sur la pas de sa porte le 1er....à moins qu'au contraire elle ne soit infidèle, et que du bouleau sur son seuil ne le fasse savoir aussi. Des festivités en faisaient déjà un jour chômé où il ne faisait pas bon de se promener "sans vert" c'est à dire sans fleur ou feuillage sur soi. Sinon, la réaction d'autrui ressemblait à celle réservée à qui est  surpris sans habits verts le jour de la Saint Patrick en Irlande:  le coupable prenait généralement un seau d'eau à la figure!

Le "vert" sera pour la première fois du muguet, donné en 1561 a Charles IX en guise de porte bonheur.  Celui-ci gardera l' habitude d'en distribuer aux dames, mais n'importe quel jour du printemps. Le premier mai, on distribuait traditionnellement de l' églantine. Le muguet le supplante au XXème siècle, car l' églantine  rappellerait Fabre d' Églantine, qui aurait instauré une première fête des travailleurs en 1793. Où est le problème?  Et bien,  la réputation sans doute de Fabre, mort guillotiné avec Danton pour avoir été un révolutionnaire indulgent?

En 1886, des syndicalistes américains décident de déclencher une grande grève le premier mai de cette année là , pour obtenir la journée de huit heures .  Non sans raison : la nouvelle année comptable, et donc les nouvelles embauches, commençaient ce jour-là.  Ça tourne mal: pose de bombes anarchistes  (qui soutenaient la grève ), arrestations , exécutions...a titre d' hommage , la journée internationale des travailleurs est instaurée ce jour .

En 1936, deux ouvriers du Havre chôment le 1er mai, pas  encore férié en France. Le lendemain,  ils sont renvoyés,  et à titre de protestation leurs collègues organisent une grève qui s ' étendra à tout le pays.  Le premier mai sera ensuite systématiquement férié.

L'emploi quasi exclusif du muguet, censé porter bonheur, est à peu près tout ce qui demeure  de l'héritage bucolique. Et semble ne rien à voir avec tout le reste, ce jour- là.






Ajoutez y le printemps des peuples,  mai 68, ou le printemps arabe qui feront de cette saison en général et de mai en particulier  le moment des révolutions par excellence.

Et ainsi passe la gloire du monde. Du mois des fées à celui des grèves  et des syndicalistes , du jour de la verdure à celui des manifestations , des sorcières aux anarchistes  qui les ont occultés complètement.